Commune / Ville de Sète 34200 localité du Bassin de Thau

Ville-de-Sete-commune-cette-herault-34200-bassin-de-thau

Surnommée « l’île bleue », parce que baignée de tous côtés par les eaux de ses canaux, celles de l’étang de Thau et de la Méditerranée, la ville de Sète revendique volontiers cette insularité qui a façonné au cours des siècles son architecture, l’éclat de sa lumière, et le caractère bien trempé de ses habitants – n’est pas sétois qui veut ! Mine de rien, la ville aura donné Paul Valéry à la littérature, Georges Brassens à la chanson, et Jean Vilar au théâtre. Sans oublier l’incontournable Manitas de Plata, et l’iconoclaste Hervé Di Rosa, qui y a fondé le MIAM, le musée international des Arts modestes.

Si de nombreux festivals investissent la ville en saison, la culture reste un attrait majeur tout au long de l’année avec une scène nationale (le Théâtre Molière), un Centre régional d’art contemporain, le musée Paul-Valéry, ou l’Espace Georges-Brassens pour ne citer qu’eux. En outre, nombre d’artistes y ont posé leurs malles : ici ou là, au détour d’une ruelle, on peut y découvr ir leur atelier ouvert aux quatre vents. Des vernissages s’y improvisent régulièrement sur leur pas de porte, sans chichis ni falbalas : on est à Sète après tout – Paul Valéry ne l’appelait-il pas « l’île singulière » ?

Ville-de-Sete-commune-cette-herault-34200-bassin-de-thau-5

Fondée par Louis XIV, qui cherchait un débouché maritime au canal du Midi, la ville de Sète est intimement liée à l’activité de son port. La pose de la première pierre du môle Saint-Louis, le 29 juillet 1666, donnera le coup d’envoi au premier tournoi de joutes nautiques. Depuis lors, de nombreuses compétitions sont organisées en saison sur le canal royal, pour culminer lors des fêtes de la Saint-Louis autour du 25 août. La ville compte pas moins de sept sociétés de joutes, sans oublier – cas unique en France – une école : l’école de joutes de la Marine.

Premier port français de pêche en Méditerranée, Sète se positionne également comme porte d’entrée au sud de l’Europe pour le trafic de marchandises comme pour le transport de voyageurs. Depuis qu’elle en a pris les rênes en 2007, la région Languedoc-Roussillon s’est engagée avec succès dans le développement de ses infrastructures portuaires. Reste que le port de Sète, avec sa vingtaine de thoniers, ses chalutiers et ses petits métiers, constitue le c?ur de la ville – là où bat son pouls.

Ville-de-Sete-commune-cette-herault-34200-bassin-de-thau-2

Il suffit pour s’en convaincre de visiter la criée, où chaque matin, se pressent mareyeurs, courtiers et détaillants. La criée de Sète ne propose que des produits issus de la pêche artisanale d’une fraîcheur exceptionnelle, puisque les bateaux qui y sont inscrits ne sortent qu’à la journée. La saisonnalité de la pêche est aussi largement influencée par la migration des espèces entre l’étang de Thau et la Méditerranée. En automne, les poissons sortent de l’étang pour aller frayer au large, ap rès s’être engraissé pendant l’été. Avis aux amateurs : c’est la meilleure période pour trouver de la daurade ! Au printemps, c’est la saison de.s sars, réputés pour la finesse de leur chair. Courant août, tout ce petit monde retourne s’engraisser dans l’étang, jusqu’à la prochaine migration.

Ville de caractère et de villégiature, prisée pour la beauté de son littoral et le charme de ses ruelles, Sète reste à jamais ce petit port de pêche « au pied d’une colline, dont la masse de roc se détache de la ligne générale du rivage ». « Ce roc serait une île », poursuit Paul Valéry, « si deux bancs de sable… ne le reliaient ou ne l’enchaînaient à la côte du Languedoc »